Que manger avant une partie de trail ?

Le trail est une activité relativement exigeante pour le corps. C’est pourquoi il est important de surveiller plusieurs éléments quand on s’y prépare. Parmi les détails qui constituent la préparation du trailer, il y a l’alimentation à adopter avant de se soumettre à l’exercice. Quand on s’y attarde, on se rend compte qu’au vu du nombre de détails à considérer, il est difficile de se fixer un plan alimentaire sans quelque aide. Trouvez ici ce que vous devez manger avant de vous adonner à une partie de trail.

Ce que l’on doit retrouver dans votre alimentation une semaine avant le trail

Peu de jours avant la tenue de l’épreuve de trail, vous devez commencer à préparer votre corps à être soumis à cet exercice. Pour cela, votre alimentation doit nécessairement contenir des éléments précis. On doit y retrouver notamment :

  • des minéraux de toutes sortes,
  • des aliments simples à digérer et éliminer,
  • des aliments riches en glycogène et
  • des aliments qui favorisent la réparation ainsi que le renfort musculaire.

En réalité, vous devez faire en sorte de limiter les réserves de glycogène dans votre corps sans pour autant l’en priver. L’apport minimum doit être assuré au corps. Dans une période d’environ sept à cinq jours avant le trail, commencez à ajuster votre alimentation afin d’atteindre cet objectif. Il est prouvé scientifiquement que la proportion en glycogène contenue dans votre organisme impacte considérablement le maintien de l’effort sur une longue durée. Ainsi, quand l’effort est soutenu, le corps est enclin à atteindre ses limites plus rapidement si vous avez des stocks glycogène dans vos muscles.

En pratique, sept jours avant l’événement, il faudra donc consommer en féculents seulement le tiers de ce que vous avez l’habitude d’ingérer. Évitez d’ailleurs d’en manger aux heures de déjeuner et de dîner. En contrepartie, augmentez les doses de légumes et de protéines dans votre alimentation. Quand ensuite, il ne reste que cinq jours avant la tenue du trail, vous pouvez vous autoriser à réintégrer pleinement les féculents dans votre régime alimentaire. L’idéal à partir de là sera de les consommer environ cinq heures après l’entraînement routinier de préparation au trail.

À partir de deux jours avant le trail

La priorité ici, c’est de supprimer tous les aliments susceptibles de vous causer des troubles digestifs. Pour cela, vous devez connaître votre corps et votre organisme. Vous devez savoir comment il réagit à chaque aliment. En général, sont proscrits les produits laitiers d’origine animale, les graisses cuites, les légumineuses, les céréales complètes, les épices et les légumes dont les fibres sont difficiles à digérer.

Si possible, privilégiez la consommation de fruits et légumes cuits, car crus, ils peuvent être plus difficiles à digérer. Ici, vous devrez consommer au cours de chaque repas, un supplément de 1/3 de ce que vous avez l’habitude de manger en féculents. Bien entendu, il faut éviter tout excès et bien respecter les doses indiquées. Retenez bien que les informations ci-dessus ne sont qu’indicatives, car les organismes sont différents les uns des autres. En fonction de ce qui vous cause d’habitude des troubles, composez votre alimentation de cette période. Selon votre sensibilité à tel ou tel aliment, mangez peu d’aliments qui fermentent ou qui se composent d’un très grand nombre de fibres.

Le jour avant le trail

Le principe demeure le même qu’à deux jours avant la compétition. Il faut offrir le meilleur à votre organisme. En effet, pendant un trail, les troubles digestifs dus à une mauvaise alimentation peuvent négativement impacter votre activité. C’est pourquoi il faut continuer à surveiller de façon scrupuleuse ce que vous consommez. Attention tout de même à votre apport glucidique à partir de ce jour, car il doit être normal. Revenez à une consommation habituelle de féculents et buvez beaucoup d’eau.

Le niveau d’hydratation est important dans la qualité de l’effort que vous serez amené à fournir. Ne négligez surtout pas cet aspect de l’alimentation et profitez des moments où vous urinez pour vous assurer du bon état de votre organisme. En effet, si tout va bien et que vous vous hydratez comme il se doit, vous aurez souvent envie d’uriner et la couleur du liquide sera claire.

Le fait de boire de l’eau régulièrement vous permet également de pourvoir l’organisme en minéraux nécessaires à son bon fonctionnement. Pour jouir du maximum de ces minéraux, la meilleure option dont vous disposez est l’eau minérale. Si vous pouvez boire uniquement de cette eau, vous bénéficierez d’un bien-être optimal avant le trail.

Le jour du trail

La conclusion logique du régime que vous avez suivi jusque-là ne devrait pas vous surprendre. Ici encore, on ne privilégie que des aliments digestes, sans trop de fibres et avec le moins de gras possible. Pour que vous soyez dans votre meilleure forme, vous devrez avoir terminé votre dernier repas trois heures avant l’exercice au moins. Vous êtes libre de prendre un petit-déjeuner copieux ou léger, mais veillez à ce qu’il soit digeste.

Préférez aux fruits secs, de la compote de pommes ou encore une banane et en boissons, privilégiez celles chaudes. Les plus indiquées sont le café ou le thé selon ce que vous avez comme préférence. Un jus de fruit peut aussi être admis. Tant que tout ceci est ingéré trois heures avant le départ, il n’y a pas de problème.

À environ une heure avant le départ, vous devrez aider votre corps à maintenir constant le taux de glycémie et d’hydratation pour des performances optimales. Pour cela, ce qu’il vous faut, c’est une ration d’attente. Elle se constitue généralement d’une barre de céréale accompagnée d’eau minérale. Vous pouvez également partir sur un jus de raison dilué à environ 30 g/L de fructose. Une compote de pommes fera aussi une bonne ration d’attente.

Avant de vous lancer dans un trail, vous devez veiller à avoir une alimentation convenable. Elle est encore plus importante peu avant le départ, car elle conditionne le déroulement de la course. Pour une préparation optimale, prenez le soin de recueillir un certain nombre d’informations à propos du trail. Il s’agit notamment de la distance, du niveau de difficulté, des conditions météorologiques de course. Tous ces détails vous aideront à identifier les besoins caloriques de votre corps pour l’occasion. Retenez tout de même que la qualité des aliments consommés est ce qu’il y a de plus important dans la préparation à un trail.

 

A propos de l'auteur

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour laisser un commentaire