Le GR 70, aussi communément appelé le « chemin de Stevenson », est un tracé de randonnée situé dans le département de la Haute-Loire, dans la région Auvergne-Rhône-Alpes. Il relie Le Puy-en-Velay à Saint-Jean-du-Gard ou Alès. Ce parcours est l’un des plus beaux parcours proposés dans le Massif central. Il traverse différents points d’intérêts comme le mont Lozère ou les Cévennes. Aujourd’hui vieux de plus de 130 ans, le parcours n’a rien perdu de sa superbe. Il attire chaque année de plus en plus de randonneurs curieux et passionnés.

L’histoire du chemin de Stevenson

Le premier à avoir entrepris ce chemin est Robert Louis Stevenson, qui lui a donc donné son nom. Il est issu d’une famille écossaise protestante. Cet homme est un randonneur, un précurseur. Dans son périple français, il emportait près d’une centaine de kilogrammes d’équipement, qu’une ânesse portait pour lui. Mais il était aussi un écrivain. Il a retranscrit son périple dans les Cévennes dans un livre, où il n’oublie pas de mentionner son fidèle compagnon.

Robert Louis Stevenson a parcouru les Cévennes au cours de l’automne 1878. Deux ans avant ce périple, il a fait la connaissance d’une Américaine nommée Fanny Osbourne. Celle-ci était une artiste-peintre et constitue la raison pour laquelle Stevenson a entrepris cette randonnée. En effet, après cette rencontre, Fanny Osbourne a dû rentrer en Californie avec ses enfants. Se retrouvant seul, Robet Louis Stevenson a décidé d’entreprendre une randonnée en solitaire au cœur des Cévennes. Il est à l’origine de ce magnifique parcours.

Les particularités du GR 70

gr 70
Crédit : Armin AHa sur Flickr

Le GR 70 est un tracé de randonnée qui invite les marcheurs à suivre les traces de Robert Louis Stevenson. Ces derniers traversent notamment les hautes terres du Gévaudan, les plateaux volcaniques du Velay, les vallées et les crêtes des Cévennes et atteignent le mont Lozère, situé à 1699 mètres d’altitude.

Sur le chemin de Stevenson, les randonneurs partent à la découverte des Camisards et de tous les habitants qui ont trouvé refuge au cœur des Cévennes durant le siècle dernier. Ils sont totalement immergés dans un paysage à couper le souffle, sur le chemin arpenté il y a plus de 130 ans par Stevenson lui-même.

L’itinéraire suivi par le GR 70

Le parcours du GR 70 mesure un total de 275 kilomètres, qui se parcourent en moyenne en douze ou treize jours. On dénombre un total de quatre étapes sur ce tracé de Stevenson. Elles peuvent être parcourues indépendamment les unes des autres, ou à la suite au cours d’un périple hors du commun.

La traversée en Gévaudan

bete du gevaudanCette première étape peut être réalisée en deux journées de marche, puisqu’elle comprend un itinéraire de 27,5 kilomètres. Le premier jour, les randonneurs prennent leur départ Langogne pour atteindre Cheylard l’Évêque. Un peu moins de 16 kilomètres séparent ces deux communes, soit quatre heures de marche, environ. Le deuxième jour, les randonneurs se lancent dans une marche de trois heures environ, pour parcourir 11,5 kilomètres.

Ils relient ainsi Cheylard l’Évêque à la commune de Luc. C’est à Luc qu’ils terminent cette première étape, qui est la moins longue de toutes celles qui composent le chemin de Stevenson. Luc est aussi le point de départ de l’ultime étape de ce GR 70.

La traversée en Velay

Pour cette seconde étape du GR 70, les randonneurs devront marcher pendant trois jours, sur un total de 63,6 kilomètres. Ils partent du Puy-en-Velay pour se rendre à près de 20 kilomètres (19,3 kilomètres, exactement), à Monastier-sur-Gazeille. Ils devront marcher durant approximativement cinq heures et trente minutes.

puy en velay

Pour la seconde journée de marche, les marcheurs relient Bouchet-Saint-Nicolas depuis Monastier-sur-Gazeille. 23,6 kilomètres séparent ces deux communes, ce qui représente environ six heures et quinze minutes de marche. Une fois arrivés à destination, ils débutent le troisième jour de randonnée pour rejoindre Pradelles, une commune située à 20,7 kilomètres de là, soit cinq heures et quarante-cinq minutes de marche. Pradelles constitue donc l’arrivée de cette seconde étape.

La traversée des Cévennes

La troisième étape du chemin de Stevenson comprend cinq jours de marche, pour un total de 82 kilomètres. Il s’agit de la traversée des Cévennes. Le premier jour, les marcheurs relient Cassagnas depuis Florac, en quatre heures et vingt minutes. Ils parcourent ainsi 19,4 kilomètres.

Le second jour de la traversée, les randonneurs partent de Cassagnas pour rejoindre Saint-Germain-de-Calberte, située à une distance de 17 kilomètres. Ils réalisent alors une marche de quatre heures et trente minutes. Le troisième jour, ils atteignent Saint-Jean-du-Gard, une commune située à 21,6 kilomètres et donc un peu plus de six heures de marche.

traversée cevennes

Ils partent ensuite pour la quatrième journée de l’étape pour relier Audibert après seulement deux heures et trente minutes de marche. Cette commune est située à 6,1 kilomètres de Saint-Jean-du-Gard. La traversée des Cévennes se termine à Alès, la ville située à 17,9 kilomètres. Les randonneurs parcourent cette distance en un peu moins de six heures. Ce tracé invite les randonneurs à découvrir une nature resplendissante, dans un décor sans commune mesure. Certains randonneurs parviennent à le terminer en quatre jours seulement.

La traversée de la montagne du Goulet

La traversée de la montagne du Goulet et du mont Lozère est l’ultime étape du GR 70, mais aussi la plus longue et peut-être même la plus physique. Le tracé mesure plus de cent kilomètres (102,1 pour être précis). Il débute par quatre heures et quarante-cinq minutes de marche, pour un premier tracé de 16,5 kilomètres. Ce dernier permet de rejoindre Notre-Dame-des-Neiges depuis Luc.

montagne goulet
Crédit : PhotographybyJessyOfficiel sur Flickr

Au cours de la seconde journée de marche, les randonneurs parcourent 15,8 kilomètres en quatre heures et quarante minutes. Ils relient ainsi Notre-Dame-des-Neiges à Chasseradès, avant de se rendre à Bleymard au cours de la troisième journée de randonnée. C’est ainsi qu’ils parcourent 17 kilomètres en cinq heures et trente minutes de marche. Pour le quatrième jour de ce tracé, les randonneurs rejoignent Finiels, situé à 14 kilomètres de Bleymard, en quatre heures et trente minutes.

Pour l’avant-dernière journée de cette étape, il faut marcher durant près de six heures et parcourir 21 kilomètres pour atteindre la commune de Mijavols depuis Finiels. C’est alors qu’il est possible de terminer ce GR 70 avec une dernière marche de 17,7 kilomètres en direction de Floras. Quatre heures et vingt minutes suffiront à finir cette ultime étape du chemin de Stevenson.

Quelques informations pratiques pour votre randonnée

Même si le GR 70 n’est pas le plus long parcours de randonnée de France, il convient de bien le préparer. Ces quelques informations pratiques vous seront d’une aide certaine.

Bien organiser son GR 70

Le chemin de Stevenson
  • Éditeur: Federation Francaise de la Randonnee Pedestre
  • Édition no. 6 (04/27/2017)
  • Broché: 128 pages

Cette belle randonnée fait l’objet d’un carnet d’étape. On peut le faire tamponner aux différents hébergements proposés le long du chemin, comme une preuve de passage. En tant que randonneur ou randonneuse, c’est aussi un petit trophée à conserver. Ce petit guide n’est cependant pas indispensable pour préparer son GR 70.

Pour réaliser une randonnée dans les meilleures conditions, il vous est possible de profiter des tracés proposés dans les cartes détaillées. Vous y trouverez un descriptif du parcours, une liste de services et d’hébergement se trouvant sur le chemin, le kilométrage, le temps de marche… Toutes les informations contenues dans ces cartes peuvent vous aider à boucler ce très beau chemin de Stevenson.

Le mont Lozère et le plateau du Velay peuvent être particulièrement enneigés en plein hiver. Cette saison est très rigoureuse : entreprendre le GR 70 en plein mois de janvier n’est pas du ressort de tous les randonneurs. Pour parcourir ces itinéraires, préférez le printemps, l’été ou comme Robert Louis Stevenson, l’automne.

Où s’arrêter et où dormir ?

Par ailleurs, la randonnée du GR 70 va certainement impliquer des dépenses pour chaque randonneur. Tout dépend de l’hébergement choisi pour chaque nuit. La solution la moins coûteuse est bien évidemment le bivouac. Mais dans ce cas, le sac à transporter est bien plus lourd : il doit contenir le nécessaire pour dormir, de la nourriture, un réchaud, etc. Sur le chemin du GR 70 se trouvent des hôtels, des gîtes et des chambres d’hôtes. En fonction de l’établissement choisi, il faudra prévoir entre trente et soixante euros par personne et par jour.

Ainsi, il vous est possible de trouver des hébergements, des restaurants et d’autres services sur le chemin de Stevenson. En fonction de la saison, il ne faut pas hésiter à réserver les premières nuits avec un peu d’avance. Les cartes interactives vous proposeront différents établissements pour vous reposer. Vous y trouverez aussi d’autres informations utiles comme la localisation des services, les établissements de restauration ou des sanitaires publics.

Faire porter ses bagages, c’est possible

La randonnée est un loisir très plaisant, notamment parce qu’il permet de découvrir la nature sauvage, les paysages et les spécificités de chaque région. Mais ce sport peut être encore plus agréable lorsqu’on n’a pas besoin de porter un sac de plusieurs kilos (ou plusieurs dizaines de kilos) sur des dizaines de kilomètres. Au fil de votre parcours sur le GR 70, il vous sera possible de faire porter vos bagages par des transporteurs, qui se chargent de les acheminer à chaque étape. En fin de parcours, ils peuvent aussi vous ramener à votre point de départ ! Profitez ainsi d’une randonnée unique et agréable, et parcours le chemin de Stevenson avec aisance.

GR 70 : le chemin de Stevenson
5 (100%) 1 vote

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *